Nous présentons ci-après quelques possibilités qui montrent pour qui le BIONIC© Ionizer est d'un grand intérêt ... et à quels endroits il déploie tout son potentiel.

- Particuliers -

À notre avis, l'endroit le plus important pour le BIONIC© Ionizer est la chambre à coucher. Vous pouvez le laisser allumé toute la nuit afin qu'il alimente la chambre en ions négatifs. La consommation électrique de notre générateur d'ions est si minime que son utilisation, même lorsqu'il est allumé toute la journée, ne coûte pas plus de 1 franc par mois.

Pendant la journée, vous pouvez placer le générateur d'ions dans le salon, dans votre bureau à domicile ou pendant les repas dans la cuisine. Grâce à sa taille, il trouvera "sa" place partout. Le placer dans la chambre des enfants, si vous en avez une, serait certainement aussi une bonne idée.

- Petites, moyennes et grandes entreprises -

Que vous soyez un orfèvre et que vous utilisiez votre créativité pour créer de merveilleux bijoux ... ou que vous soyez un Figaro créatif et que vous souhaitiez donner à vos clients le look qu'ils souhaitent ... le BIONIC© Ionizer représente aujourd'hui plus que jamais un "gadget" indispensable, qui constitue un investissement exceptionnel, et pas seulement pour les petites entreprises !

Un investissement qui s'amortit en très peu de temps, car notre générateur d'ions améliore la qualité de l'air que nous respirons sur notre lieu de travail à tel point que le bien-être physique s'en trouve réellement stimulé en peu de temps. Des essais ont été réalisés dans l'une des plus grandes banques suisses pour tester l'amélioration de la résistance aux maladies après l'utilisation du BIONIC© Ionizer. Le succès d'une réduction d'environ 92 % des cas de maladie et de leur durée parle de lui-même. Pour être honnête, nous n'avons pas vraiment été surpris par ce résultat. Les mesures effectuées avant les tests ont montré un niveau moyen d'ions de l'air de 40 à 70 ions par centimètre cube.

- Jardins d'enfants, écoles et universités -

Lorsque nous avons été autorisés à présenter les premiers générateurs d'ions de l'air à la fin des années 60, la science et la médecine ne parlaient pas encore de troubles de l'hyperactivité (TDAH). Et aujourd'hui ? Probablement LE sujet dans pratiquement toutes les écoles. Les dernières recherches montrent clairement que - pour n'en citer que quelques-unes - les facteurs suivants jouent un rôle majeur à cet égard : Problèmes dans la famille, lieu de sommeil pathogène, lieu pathogène à l'école, échec, alimentation malsaine, médicaments pharmacologiques, consommation de drogues, électrosmog et allergies diverses.

Dans les laboratoires de recherche (Californie et Russie), l'influence directe des ions positifs et négatifs de l'air sur la neurohormone sérotonine dans le sang et le cerveau a été clairement et significativement prouvée. Il a été clairement démontré qu'un manque persistant d'ions négatifs dans l'air peut entraîner des changements dans le comportement de l'individu. Un tel excès de sérotonine peut entraîner un sommeil agité, de l'insomnie, de l'irritabilité, de l'agressivité, une augmentation des oublis, de l'intolérance et des sentiments d'apathie, une tendance accrue à faire des erreurs au travail, un refus de travailler et une dépression.

Des expériences menées dans de nombreuses classes ont montré qu'après quelques jours seulement, a) la capacité de concentration ... b) la réceptivité ... et c) le stress ont changé de manière significative chez plus de 98% des élèves !

- Pratiques médicales et naturopathiques -

À partir de 1930, le médecin russe, le professeur A.L. Tchijewsky, travaillant avec une équipe scientifique du Laboratoire Central de Recherche sur les ions de l'air à Moscou, a étudié l'inhibition de la croissance et l'effet bactéricide des ions de l'air sur les microorganismes, qui étaient déjà connus à l'époque. Streptococcus Pyogenes (infection et formation de pus), Vibrio Cholerae (agent pathogène du choléra) et Salmonella Typhimurium (inflammation du tractus intestinal) ont été les premiers objets d'investigation. Ils ont déterminé une diminution rapide sous ionisation artificielle négative de l'air.

L'air ionisé unipolaire, qu'il soit positif ou négatif, augmente également le taux de mortalité d'escherichia coli (bactérie coli présente dans les intestins humains et animaux), de neurospora crossa (moisissure rouge) et de penicillum notatum. Au total, il a été établi à l'unanimité que les ions négatifs de l'air sont plus forts que les ions positifs dans cette exposition. Cependant, si l'on utilise des concentrations élevées d'ions de l'air, environ 10'000 par centimètre cube, M. pyrogenes et d'autres sont complètement tués. Ces derniers travaux des chercheurs russes A.D. Boyco et A.N. Sverchkov remontent à 1963.

- Cliniques et hôpitaux -

Ces recherches ont également permis de constater que l'air ionisé négativement a un effet stimulant sur le métabolisme des vitamines C, B1, B2 et B3. Ces résultats, à leur tour, concordent avec les conclusions d'autres chercheurs. Ils peuvent également expliquer pourquoi les ions négatifs de l'air contre les maladies infectieuses courantes augmentent considérablement les défenses de l'organisme. L'accélération du processus de guérison pendant l'hospitalisation sous l'influence des ions négatifs de l'air a été vérifiée au Northeastern Hospital de Philadelphie sur des milliers de patients. Ce fait est actuellement (1971) également testée en Suisse et en Allemagne. Après des interventions chirurgicales, ainsi qu'en cas de fractures, les plaies ont guéri étonnamment plus vite et les os se sont reconstitués plus rapidement !

Des études menées en Allemagne et en Amérique attribuent cela à la fourniture d'électricité négative en abondance. Des recherches approfondies menées dans les deux pays ont montré que les potentiels négatifs accélèrent la croissance des cellules et des os. Les vitaions négatives sont donc capables de façonner de manière optimale le potentiel négatif de la membrane cellulaire, ayant des effets très positifs pour la croissance des cellules saines.

E. Todd Wheeler, un des principaux architectes de Chicago pour les bâtiments hospitaliers aux États-Unis, soutient que pour raccourcir la durée d'hospitalisation et améliorer le bien-être du patient, l'ionisation négative de l'air devrait être généralement installée dans toutes les chambres d'un hôpital.

- Maisons de retraite et de soins -

Les maisons de retraite et de soins modernes propagent leurs services avec des mots-clés comme: Chez nous, vous vivez en toute sécurité et de manière active, car nous offrons un logement confortable pour chaque besoin. Nous offrons des services sur mesure et une excellente restauration, etc. etc. Eh bien, si seulement c'était vrai !

À ce stade, nous ne voulons pas entrer dans les abus parfois incroyables, mais nous voudrions vous rappeler que les personnes âgées concernées peuvent améliorer sensiblement l'air qu'elles respirent dans leur chambre grâce au BIONIC© Ionizer.

- Centres de Fitness-, Yoga- et Wellness -

Les ions de l'air ont un effet régulateur et normalisateur sur l'homme, mais pas sur le stress ! C'est pourquoi d'autres résultats, qui restent à discuter, sont également compréhensibles, qui prouvent que les personnes en bonne santé qui sont déjà en eutonus (équilibre de santé) connaissent tout au plus une augmentation de leurs performances grâce aux ions de l'air.

Le professeur Max Knoll de l'Université technique de Munich et le professeur Minich de l'Institut d'hygiène sportive de Moscou ont étudié indépendamment cette dernière expérience chez des personnes en bonne santé. Les expériences menées à Munich ont montré une réduction significative du temps de réaction visuelle. Cette méthode fournit une déclaration généralement acceptée pour évaluer la capacité de réaction du cerveau.

À Moscou, des tests ont été effectués sur des athlètes bien entraînés et en bonne santé, qui ont donc déjà atteint leur puissance maximale personnelle. Les athlètes étaient assis devant un générateur d'ions pendant environ 30 minutes chaque jour, qui produisait des ions d'air négatifs en doses thérapeutiques.

Alors qu'il n'y a eu qu'une augmentation insignifiante de la performance du travail statique pendant les 9 premiers jours, celle-ci a augmenté en moyenne de 46% jusqu'au 28ème jour. En revanche, l'augmentation des performances de travail dynamique a augmenté en moyenne de 87 % après seulement 9 jours.